10 décembre 2015

Discussion sur le modèle assimilationniste.

A la question d'un internaute qui me demandait quelle en était ma conception.

L'intégration c'est un immigré qui respecte les lois, et s'insère socialement un minimum (la déscription bateau étant : travaille et paie ses impôts). L'intégration est plutôt matérielle.

L'assimilation est plutôt psychologique ou viscérale. Elle passe évidement par l'intégration en première étape, mais elle passe aussi à une 2e étape. L'immigré du tiers-monde décide de se débarrasser de ses oripeaux grâce à l'intégration, et fait peau neuve en s'assimilant.

L'intégration est suffisante si le nombre d'immigrés est réduit. L'assimilation devient nécessaire lorsque les immigrés se comptent en millions. De ce fait, l'assimilation pré-décrite n'est possible qu'accompagnée d'une réduction de l'immigration.

Petit schéma :

Assimilation totale : ex : Italiens, Espagnols, et autres Européens.
Assimilation globale : ex : Arméniens, Iraniens, Libanais, et autres immigration faible numériquement en France.
Intégration avec assimilation difficile : ex : Chinois.
Intégration et assimilation difficiles : exemple : Algériens, car ils sont 5 millions. Les immigrés d'Afrique Noire aussi même topo, mais moins nombreux numériquement.
 
L'Etat ne peut forcer quelqu'un à s'assimiler (je répète, c'est mental et viscéral et donc propre à l'individu en question), par contre il peut favoriser un système assimilationniste (exemple de la réduction de l'immigration, et donc, de la communautarisation, comme sus-décrit).

Comment favoriser l’assimilation ? Des mesures plus précises. 


Le problème c'est que c'est un effet d'empoisonnement : un immigré qui a du mal à s'intégrer (sans parler d'assimilation) va empoisonner la situation car il n'aura aucune raison de bien se comporter. Tu multiplies cela sur tout le territoire. Premier problème.

Deuxième effet d'empoisonnement : l'immigré intégré, mais qui ne s'assimile pas. Il va bien se comporter, mais tu multiplies cela sur tout le territoire, et ça te donnera des gens qui n'auront pas le comportement adéquat vis à vis du reste du pays. L'être humain étant ce qu'il est, l'effet de groupe, numériquement conséquent, pousse ce dernier à n'agir que pour lui-même et contre les autres s'il le faut. Donc on rejoint le premier empoisonnement.

Si on prend la situation telle qu'elle est aujourd'hui, plusieurs choses que l'Etat doit encourager ou exécuter :

- Expulsion pure et simple du premier cas d'empoisonnement. Nous n'avons pas à traiter les cas sociaux, les marginaux et les inutiles des autres pays.

- Réduction de l'immigration pour éviter une formation plus ample du 2e cas d'empoisonnement : plus un immigré ne retrouve pas sa communauté reconstituée, plus il va naturellement se faire aspirer par la pression de la majorité (hors marginaux / cas sociaux pré-cités), les Français (de souche et assimilés).

- Parmi ceux qui ne sont jamais arrivés à s'assimiler mais ce sont intégrés, il faut encourager le retour au pays. Ca marchera avec certains, ça ne marchera pas avec d'autres (surtout avec des situations chaotiques dans plusieurs endroits). Quand on n'arrive pas à éradiquer un problème, on fait en sorte de l'amoindrir. Il restera toujours des populations non assimilées, mais elles sont encore gérables, pour l'instant si elles sont un minimum intégrées. Le but est donc d'éviter que la situation ne devienne ingérable. Tout est imbriqué.

- Liée directement à tout ça, la politique d'urbanisation. Il est évident que plus on fera entrer d'immigrés, plus on sera obligé de les PARQUER là où ils sont déjà nombreux. Cercle vicieux. Il faut désenclaver massivement leur concentration.
Pour cela il faut en amont aider un maximum de travailleurs à devenir indépendants (par exemple posséder leur logement, ne plus dépendre des HLM-ghettos), ce qui implique en amont, mener des politiques sociales favorables aux classes populaires et moyennes basses (où se concentre une bonne majorité des immigrés).

C'est un cheminement logique à suivre, où sont imbriquées plusieurs mesures. Je ne peux pas te lister des mesures comme ça, hors contexte, comme on entre des données dans un ordinateur. C'est un tout.

Demander à un immigré d'agiter le drapeau ou chanter la Marseillaise ou manger du cochon à tous les repas, c'est une méthode d'assimilation grotesque et qui ne marche pas. Ce sont des artifices. Ces choses sont la conséquence de l'assimilation, et non pas un moyen d'y parvenir.

T'as deux types de solutions : les bourrines comme ces dernières, ou les coercitives (interdire tel vêtement, interdire tels cultes, interdire, interdire, imposer), contre-productives, et provoquant l'inverse de l'effet escompté.

T'as les solutions pragmatiques, d'usures, celles que je viens de te lister pour les principales.

Je viens de te vendre le programme du FN sans prononcer une seule fois les mots qui fâchent ou braquent. C'est comme ça qu'il faut travailler. 

Tu regardes les deux premières catégories assimilées que j'ai énoncé dans le petit schéma de mon premier message, et tu verras ce qu'ils ont en commun. Ils viennent pourtant de divers endroits du monde, avec des cultures différentes, des religions différentes, cela n'a pas empêché leur assimilation. A l'inverse, les Chinois plutôt assimilés au boudhisme censé passer comme une lettre à la poste, s'assimilent moins bien en France. Donc ça ne veut rien dire (parce que je vois bien où tu veux en venir et nous amener).

Pour prendre mon cas personnel, je me considère comme assimilé bien évidement, mais j'ai gardé mon prénom d'origine, je ne cache jamais mes origines (difficile de le faire avec ce prénom justement, sans compter mon nom de famille), j'ai longtemps parlé ma langue maternelle avec mes parents, même si je l'ai perdu petit à petit et je parle aujourd'hui à 90 % en français avec ma mère (conséquence logique, là encore, de l'assimilation, et l’imprégnation). J'ai abandonné la religion totalement, ce qui n'empêche pas de faire un repas de famille pour l'Aïd, parfois, comme on le fait de même pour Noël.

Et comme je sais que tu vas me poser la question, j'anticipe, oui l'Islam, comme MODE DE VIE, est incompatible avec la vie en société française. Un musulman qui fait le ramadan peut s'assimiler (je te renvois à la dernière discussion que l'on a eu, je ne vais pas tout répéter). A la même manière qu'un boudhiste qui allume des bougies pour Boudha, peut s'assimiler. Un musulman qui suit les préceptes de la vie en Islam et selon le coran, ne pourra jamais s'assimiler en France. Tout comme un moine tibétain ne pourra jamais s'assimiler en France. Tout comme un Papou qui vit selon ses traditions ne sera jamais assimilable en France. Certains mode de vie seront toujours incompatibles avec l'assimilation, on ne pourra jamais rien y faire.

Pour résumer, l'assimilation ne consiste pas en un totalitarisme communiste où l'on éradique la moindre différence entre les individus pour en faire une uniformité absolue. C'est même dangereux de tenter cela, car l'humain étant ce qu'il est, cherchera forcément à faire sortir des différences pour se distinguer de l'uniformité stricte. Donc là encore, c'est contre-productif, d'une autre manière. L'assimilation relève du bon sens qui est la limite de la différence dans un tout. L'Etat ne peut pas déterminer cette limite à coups de lois, et de règlementations, c'est absurde. 

C'est une limite qui s'impose d'elle-même, au travers de tout ce que je viens de te dire : le concours de plusieurs facteurs et de circonstances qui visent à ce à quoi on aspire tous : la stabilité, la paix.
Dès que la différence menace cela, nous sortons du bon sens (qui doit nous amener au contraire à l'éviter, cette menace) et nous dépassons la limite.
 

6 commentaires:

  1. Comme Eric Zemmour, j'aspire au retour à l'assimilation, mais je ne sais pas si ce retour est encore possible de manière non coercitive. Comment exiger de ceux qui arrivent qu'ils s'assimilent quand ils voient les Français donner des prénoms anglo-saxons ou à consonance étrangère à leurs enfants, quand ils voient la place immense qu'occupent les séries et films étasuniens à la télé, quand ils voient tous ces vêtements arborant le drapeau US ou anglais ? Enfin, quand ils voient des Français, pur sang et bien de souche, la mépriser ?

    RépondreSupprimer
  2. Justement j'explique que les histoires de drapeaux et de prénoms, dans le contexte de l'assimilation à viser, ne sont pas les plus importants. C'est plus profond que ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne nouvelle : tu as été réintégré sur le forum ! =) Jupiter est d'accord.

      Supprimer
  3. Pdf sur l'islam http://www.histoireebook.com/index.php?tag/Islam

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. et pourquoi ne pas me répondre ? Comment allez-vous ?

      Supprimer